Konbini de Sakaya Murata

konbini

L’auteur

Née en 1979 au Japon, Sayaka Murata a travaillé pendant 18 ans dans un konbini. Les horaires de travail lui convenaient parfaitement car elle pouvait consacrer ses soirées à écrire.

Lorsqu’elle était étudiante à l’université Tamagaya, elle a suivi des cours d’écriture avec Akio Miyahara.

Premier roman de l’auteur, « Konbini » a directement conquis le public et les critiques et a remporté plusieurs prix prestigieux tels que le prix Noma du premier roman ou encore le prix Mishima.

Le livre

« Konbini » raconte l’histoire de Keiko Furukura, trentenaire qui a toujours été en décalage par rapport à ses amis et à la société.

Elle travaille depuis 18 ans dans un konbini et ne veut absolument pas changer d’emploi. Dans cet endroit où chaque détail est codifié (apparence, comportement, langage, …), Keiko se sent acceptée et dans son élément malgré les reproches et réticences de son entourage. En effet, sa famille souhaite qu’elle se marie et surtout qu’elle quitte cet emploi précaire et sans avenir.

En manque de personnel, le konbini s’enrichit d’un nouvel employé, Shiraha. Celui-ci est célibataire mais sa présence dans le supermarché n’est pas anodin… Il était là pour traquer une femme sur laquelle il avait jeté son dévolu. Shiraha sera immédiatement licencié.

Le chemin de ces deux solitaires vont à nouveau se croiser et ils vont trouver un arrangement qui leur permettra d’échapper au jugement permanent de leur famille mais surtout de la société…

Mon avis: 3/5

L’auteur place son personnage dans un lieu qu’elle connaît parfaitement, le konbini. Ce lieu commun permet d’augmenter l’humanité de son personnage mais également de parler de plusieurs sujets comme la pression sociale, l’importance du statut ou encore le poids des traditions.

Le konbini est aussi un personnage à part entière car c’est le seul endroit où Keiko se sent à sa place. Elle en connaît parfaitement les codes et reproduit exactement ce qu’elle a appris.

Cependant, le livre ne se limite pas à narrer l’histoire d’une trentenaire solitaire et incomprise: il s’agit, avant tout, d’une ode à la différence et d’une critique de la société japonaise. Ce livre traduit le malaise que beaucoup de jeunes ressentent au Japon qui sont déchirés entre le respect de la tradition et l’envie de modernité.

Je trouve cependant que l’auteur aurait pu détailler davantage les sentiments de son personnage ainsi que ceux de Shiraha car elle reste souvent en surface…

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s