Eugenia de Lionel Duroy

lioneld

Né en 1949, Lionel Duroy est un écrivain et journaliste français. Il a écrit de nombreux livres dont deux ont été adaptés au cinéma : Priez pour nous de Jean-Pierre Vergne et Trois couples en quête d’orages de Jacques Otmezguine.

Depuis quelques années, Lionel Duroy a délaissé l’autofiction pour étudier les douleurs de l’Histoire avec notamment L’Hiver des hommes dans lequel il suit le destin tragique de la fille du général Mladic, commandant en chef des forces serbes durant le siège de Sarajevo.

Dans son nouveau roman, Eugenia, l’auteur s’intéresse à l’antisémitisme dans la Roumanie fasciste des années 1930 et 1940. Cette page de l’Histoire est assez méconnue et l’auteur a puisé son inspiration dans le journal de l’écrivain, dramaturge et essayiste roumain d’origine juive Mihail Sebastian. En effet, Sebastian souhaitait consacrer un livre à la Seconde Guerre mondiale mais malheureusement, il est décédé avant d’avoir concrétisé ce vœu. Plusieurs extraits de ce journal sont d’ailleurs présents dans Eugenia.

Cependant, ce livre n’est pas essentiellement basé sur la vie de l’écrivain roumain mais s’en inspire en ajoutant des personnages fictifs comme Eugenia Radulescu, héroïne principale et narratrice du livre. Lionel Duroy commence cette magnifique fresque romanesque après le décès de Mihail Sebastian, renversé par un camion militaire soviétique en 1945. Eugenia est inconsolable et décide d’écrire sur leur histoire d’amour (parfois à sens unique) jalonné de drames et d’horreurs.

Elle se rappelle leur première rencontre lorsqu’en 1935, Mihail Sebastian donne une conférence à l’université de Jassy où elle est étudiante. Quand il est violemment agressé par des étudiants antisémites, seule Eugénia a le courage de prendre sa défense. Eugenia tombera bientôt sous le charme de l’écrivain et devra combattre la haine et le racisme au sein de sa propre famille car l’un de ses frères occupera de hautes responsabilités au sein de la Garde de Ger, milice pro-hitlérienne qui veut exiler le roi pour sceller une alliance avec l’Allemagne.

Lionel Duroy a réussi le pari de mélanger une fiction romanesque avec une vérité historique très difficile. Plusieurs thèmes sont évoqués avec fluidité comme l’engagement, le libre arbitre, l’origine du mal, le nationalisme et l’antisémitisme et analysés avec intelligence. Malgré le contexte historique très défini, l’auteur propose aussi un roman actuel avec des questionnements philosophiques intemporels. L’utilisation du « je » (car Eugenia puise dans ses souvenirs) tout au long du roman renforce le récit et donne une profondeur authentique aux interrogations et aux combats de l’héroïne.

(Cet article est également disponible sur le site du Suricate Magazine)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s