Terminal 4 d’Hervé Jourdain

CVT_Terminal-4_3219

Né en 1972, Hervé Jourdain a travaillé en tant que lieutenant au sein de la brigade des mineurs puis de la brigade criminelle au mythique 36, quai des Orfèvres. Il est capitaine de police lorsqu’il décide, en 2009, de publier son premier roman Sang d’encre au 36, récompensé par le prix des lecteurs du grand prix VSD du polar. Actuellement, il travaille en tant qu’analyste au ministère de l’Intérieur.

Dans Terminal 4, nous retrouvons le tandem Lola Rivière et Zoé Dechaume pour une enquête dense aux multiples enjeux. En effet, un incendie s’est déclaré aux abords de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle impliquant une dizaine de voitures. Dans l’une d’entre elles, un cadavre carbonisé est découvert.

Dès l’ouverture, nous nous retrouvons au cœur de l’action pour ne jamais en sortir tant ce livre est prenant. Véritable page-turner, il enchaîne les rebondissements, preuves à agencer pour arriver au dénouement de l’enquête et contourne également tous les pièges du roman policier. Lorsque l’action est trop présente, elle peut prendre le dessus au détriment des personnages qui se retrouvent dénués de personnalité, réalité et profondeur. Or, ce n’est absolument pas le cas ici car les différents protagonistes sont finement étudiés et analysés aussi bien dans leurs certitudes et espérances que dans leurs forces et faiblesses.

L’auteur surprend le lecteur par la parfaite maîtrise de son sujet mais également par la richesse des thèmes abordés. Ancien capitaine de police, il a mis toute son expertise au service de son intrigue mais a également étoffé son histoire de plusieurs sujets d’actualité et problématiques environnementales, sociales ou politiques. Hervé Jourdain ne laisse rien au hasard et tous les faits avancés, notamment concernant la pollution atmosphérique générée par l’aéronautique, sont parfaitement documentés. A aucun moment, il est dans la démonstration ou l’étalage de ses connaissances car les théories et éléments scientifiques sont savamment dosés et contribuent tous à l’avancement de l’investigation. Lors de la transposition des écrits, nous ressentons fortement à certains moments les convictions de l’auteur qui ne reste pas neutre face aux événements.

Terminal 4 se distingue donc des autres livres policiers par sa qualité et la pluralité des thématiques. Bien que les indices soient distillés tout au long du livre, le suspense est maintenu jusqu’aux dernières lignes pour un résultat qui surprend le lecteur.

 

(L’article est également disponible sur le site du Suricate Magazine)

Une réponse sur « Terminal 4 d’Hervé Jourdain »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s