L’Agonie des Grandes Plaines de Robert F. Jones

Né à Milwaukee dans le Wisconsin, Robert F. Jones (1934 – 2002) a notamment été éditorialiste au Men’s Journal et journaliste pour Sports Illustrated et Fields & Stream. Depuis 1974, il a publié de nombreux ouvrages, fictions et autres romans.

Dans L’Agonie des Grandes Plaines, nous suivons le destin de Jenny Doussmann et de son frère Otto, vétéran de la guerre de Sécession reconverti en chasseur de bisons. En 1873, Jenny assiste impuissante à la mort tragique de ses parents. Après ce drame, elle part vivre avec Otto au Kansas et est confrontée à la dure et triste réalité des plaines de l’Ouest américain. Les existences se lient et se délient au rythme des conditions extrêmes, de la disparition des bisons mais également des rivalités entre chasseurs et tribus indiennes. Dans cette tourmente, nul n’est épargné.

 « La prairie vierge : pas encore d’ornières creusées par les roues , ni de cheminées, ni d’araignées – le bison dans toute sa plénitude. Ici, pas d’histoires, pas de numéros, pas même de résonances toponymiques. Pas de traîtres, ni de héros. Et si cette contrée en a eu jadis, qui sait ce qu’ils signifiaient ? ».

Dès l’introduction, Robert F. Jones plante le décor et nous présente le personnage fondamental et primordial de son récit : la nature. Parfaitement décrites, ces grandes plaines, tant convoitées et bientôt décimées, sont aussi belles que cruelles. Elles sont les témoins de la sauvagerie à différents niveaux et témoignent d’un monde à l’agonie. Le lecteur est saisi par l’infinie justesse et l’acuité des mots d’un auteur sans concession.

Plusieurs ouvrages ont déjà été édités sur ce sujet mais ce livre se distingue des autres par de nombreux aspects. Les westerns traitant de la conquête de l’Ouest se ressemblent généralement et tombent dans les mêmes pièges. Ici, l’écrivain apporte un supplément d’âme notamment grâce à la description consciencieuse de la vie des divers protagonistes. Chaque personnage livre une bataille différente et dans certains cas, le combat est tout d’abord contre lui-même.

Nous ressentons tout l’investissement de Robert F. Jones ainsi que les multiples recherches effectuées pour offrir un document précis (et le plus fidèle possible) sur cette période douloureuse. Avec ce livre, l’auteur emmène le lecteur dans un voyage fascinant, percutant et déroutant sans interruption jusqu’à la dernière page.

(Cet article est également disponible sur le site du Suricate Magazine)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s